Historique de la Coalition canadienne de l'énergie géothermique

Une étude approfondie1, commandée par Ressources naturelles Canada et publiée en mars 1999, proposait une vigoureuse stratégie de développement des marchés, reposant sur une nouvelle approche multipartite globale. L’objectif principal de cette stratégie était de fournir à l’industrie de l’énergie géothermique et à Ressources naturelles Canada un canevas pour la mise au point et la mise en œuvre de mesures axées sur la collaboration conçues en vue d’établir une industrie viable au Canada. Dans le cadre de l’élaboration de cette stratégie, les industriels ont été consultés de même que les représentants intéressés des entreprises de services publics.  

Il est notamment ressorti de cette stratégie l’idée de créer une alliance. Cette idée s’est finalement concrétisée dans les années suivantes avec la constitution en société de la Coalition canadienne de l’énergie géothermique (CCÉG). La CCÉG a été créée en 2002 à l’instigation de l’Association canadienne de l’électricité (ACE) et des intervenants de l’industrie et avec le soutien du Programme d’encouragement aux systèmes d’Énergies renouvelables (PENSER) pour encourager le développement de l’industrie de la géothermie au Canada. La CCÉG a pour mandat :  

  • de mettre en présence les intervenants des secteurs privé et public et coordonner leurs actions en vue de développer des produits et services associés aux systèmes géothermiques et d’en faire la promotion;
  • d’élargir le marché des produits et services associés aux systèmes géothermiques au Canada;
  • de planifier, de coordonner, de gérer et d’exécuter des activités destinées à lever les obstacles à leur pénétration du marché par les produits et services associés aux systèmes géothermiques, y compris l’amélioration de la compétitivité sur le plan du coût de revient, le développement de l’infrastructure et le renforcement de la confiance du public.  

La CCÉG s’est vu confier la responsabilité d’adopter certaines sous-stratégies dont :   

  • accélérer et accroître la pénétration commerciale des systèmes géothermiques;
  • créer une dynamique qui permet au produit de passer d’une étape à l’autre du cycle d’adoption sans interruption;
  • éliminer les principaux obstacles à la pénétration commerciale des systèmes géothermiques au Canada. 

Comme cette initiative délaissait les expériences passées, il a été admis que la CCÉG aurait une large assise et serait investie d’une mission. Telle qu’il a été exposé dans la stratégie, la mission essentielle de la CCÉG est de faire connaître l’option géothermique et de promouvoir le recours à cette option au Canada. La création de la Coalition a été justifiée comme suit :  

  • réduction de la perception du risque grâce à l’approbation d’une masse critique d’un certain nombre de groupes crédibles;
  • nécessité d’une masse critique pour délaisser les efforts fragmentés et non coordonnés et pour obtenir une véritable transformation du marché;
  • besoin d’un effort national pour sensibiliser la population dans toutes les régions du Canada;
  • besoin d’un regroupement des ressources étant donné que l’industrie est fragmentée et que sa taille est relativement petite;
  • besoin d’une coordination des entreprises de services publics. Les sondages menés dans le cadre du rapport révèlent un appui important à une participation active des entreprises de services publics. Cette participation est perçue comme indispensable, étant donné que ces entreprises ont des relations crédibles avec un grand nombre d’acheteurs éventuels de systèmes géothermiques;
  • effort de sensibilisation entre les différents gouvernements pour s’attaquer aux disparités dans la représentation de la technologie dans les programmes gouvernementaux.   

À l’époque, il était admis, et c’est encore le cas dans une certaine mesure, que même si l’énergie géothermique présente des avantages économiques et fonctionnels reconnus, au Canada, la technologie relève toujours d’une petite industrie principalement axée sur les possibilités offertes dans les régions mal desservies en gaz naturel. L’un des obstacles importants à la croissance de l’industrie a été une absence d’infrastructure assurant des normes et une capacité professionnelles élevées.  La CCÉG a donc été créée pour mieux faire connaître l’industrie de l’énergie géothermique et en accélérer la croissance. La CCÉG a pris son rôle très au sérieux et s’est livrée à un vaste exercice de transformation des marchés de la géothermie. Les principales étapes de cet exercice sont présentées en détail au Tableau 1. 

À ce titre, l’un des quatre volets stratégiques définis dans le plan d’affaires 2004-2005 de la CCÉG portait sur le développement d’un noyau de fournisseurs canadiens accrédités dans le domaine de l’énergie géothermique2. L’accréditation des fournisseurs était considérée comme un outil clé pour remédier à l’absence d’une infrastructure commerciale précise et établir des normes et une capacité professionnelles adéquates.  

Dans le plan d’affaires de la CCÉG, on reconnaît que [traduction] «… le nombre restreint d’installateurs et de concepteurs expérimentés s’est traduit par l’installation d’un certain nombre de systèmes déficients partout au pays, ce qui a miné considérablement la crédibilité de la technologie » et « … l’absence d’experts en énergie géothermique adéquatement formés et accrédités, d’abord et avant tout dans le domaine de la conception, freine actuellement la croissance de l’industrie. » 

Pour aider à renverser les obstacles à la transformation du marché, la CCÉG et Ressources naturelles Canada ont conclu une entente de financement en 2003. En octobre 2004, Ressources naturelles Canada a élargi le mandat de la CCÉG et l’a chargée «  d’élaborer et de gérer la mise en œuvre d’une initiative de formation et d’assurance de la qualité dans l’industrie de l’énergie géothermique en collaboration avec les partenaires nationaux et régionaux de manière à créer une norme professionnelle et industrielle qui orientera la conception et l’installation des systèmes d’énergie géothermique et la formation dans ce domaine. » Financée conjointement par le gouvernement fédéral et la CCÉG au moyen des cotisations, cette initiative comporte également la mise au point d’un mécanisme d’accréditation et de certification.  

S’appuyant sur diverses consultations auprès de l’industrie, sur des discussions, sur les conclusions tirées de projets pilotes, la CCÉG a commandé une étude pour analyser la viabilité d’un programme de certification et pour formuler des recommandations et des lignes directrices à l’égard d’un tel programme. Dans le cadre de cette étude, on a procédé, de décembre 2005 à février 2006, à un examen et à une analyse d’autres initiatives de l’industrie et à un sondage auprès de multiples intervenants de cette industrie. 

Les conclusions dégagées de la recherche ainsi que les recommandations et les lignes directrices qui en ont découlé ont été présentées à la Coalition aux fins de l’élaboration et de la mise en œuvre d’un programme de qualité globale en géothermique. Le Conseil d’administration de la CCÉG a regardé ces recommandations et lignes directrices d’un œil favorable, et a décidé de consulter l’industrie à cet égard. Un document de consultation a été publié en mai 2006 et largement diffusé partout au pays. 

La CCÉG a par la suite complété une consultation pan canadienne, en juin 2006, et discuté avec plusieurs intervenants au cours des mois suivants afin d’informer les principaux intervenants de l’industrie au sujet du programme proposé de certification en technologie géothermique et de recevoir des commentaires de leur part.  

Au cours de cette consultation, quelques centaines de personnes ont été directement consultés. La CCÉG a rejoint directement les installateurs et les concepteurs de systèmes géothermiques de même que les gestionnaires de programme de services publics, les organismes gouvernementaux et les institutions financières. La CCÉG a tenu compte des commentaires recueillis au cours de la consultation lors de l’élaboration finale et de la mise en œuvre de ce projet national prévue pour le début de l’année 2007. 

L’industrie canadienne de l’énergie géothermique est sur un chemin critique vers la réalisation d’une transformation du marché. La mise en œuvre d’un programme de certification est la dernière étape de ce long processus visant la formation adéquate des professionnels qui oeuvrent au sein de l’industrie et le contrôle de la qualité des installations.

Le Programme de qualité globale en géothermique proposé par la CCÉG est un programme d’assurance de la qualité complet et volontaire ayant pour objectif ultime de protéger les acheteurs résidentiels et ICI3 de systèmes géothermiques destinés aux marchés de la construction existants et nouveaux. Ce programme repose sur les composantes suivantes : 

  • Formation des foreurs concepteurs et installateurs
  • Accréditation des concepteurs, des installateurs et des installateurs de boucles
  • Qualification des bureaux d’étude technique, des entrepreneurs en installation et les firmes de forages
  • Certification des projets liés à l’énergie géothermique
  • Médiation entre les parties
  • Communication 

Le programme vise à procurer des avantages aux participants de l’industrie qui bénéficieront de meilleurs débouchés dus à une plus grande confiance des consommateurs et à la mention du programme dans les politiques d’approvisionnement de divers intervenants tels que les entreprises de services publics, les organismes gouvernementaux et les institutions financières.  

Depuis sa création en 2007, la CCÉG a formé plus de 8000 personnes, 800 d'entre eux sont accrédités et plus de 18 000 systèmes résidentiels sont certifiés.



1 Marbek Resource Consultants Ltd., « Pompes à chaleur géothermiques – Stratégie de développement des marchés – Rapport final », 31 mars 1999.
2 La nécessité d’un programme de certification en technologie géothermique a toujours été reconnue par divers intervenants à tous les niveaux de l’industrie. Dans bon nombre d’événements organisés par la CCÉG, les obstacles à la transformation et au développement des marchés ont été évalués à maintes reprises et une liste des solutions a été dressée. Le document intitulé Consultation nationale sur le projet de Programme de certification en technologie géothermique – Document de consultation publié par la CCÉG en mai 2006 présente un résumé de deux réunions organisées par la CCÉG, au cours desquelles les enjeux à ce sujet ont été largement discutés.
3 Institutionnels, commerciaux et industriels

 

 

Dernières Nouvelles

Lancement de l’initiative de cartographie du potentiel géothermique superficiel

2017-09-06
La Coalition canadienne de l’énergie géothermique (CCEG) a annoncée aujourd’hui le lancement d’un projet de...Détails

La CCEG se joint au Conseil de l'énergie du Canada

2017-06-07
L’association canadienne de l’énergie géothermique (CCEG) s’est jointe au Conseil canadien de l'énergie...Détails

Les membres de la CCEG élisent un nouveau conseil d’administration

2017-05-26
Les membres de la Coalition Canadienne de l'Énergie Géothermique (CCÉG) ont élu huit (8) nouveaux...Détails
adssa